MUES

MUES

Femmes, rituels urbains

Sur l’invitation de la compagnie Nager en Forêt, j’ai suivi durant trois semaines en corps et en image 17 personnes assignées Femme à la naissance, lors de 3 temps de rencontres ritualisées, [hiver – printemps – été] réunies au sein d’un laboratoire de recherche explorant la place du genre féminin dans l’espace urbain à travers la pratique de la performance individuelle et collective.

En convoquant l’héritage des mères et grands mères éco féministes, sorcières, activistes, pacifistes, anarchistes, martyrs et condamnées, en passant par le prisme d’une nouvelle génération confrontée à de nouveaux enjeux écologiques, politiques et sociaux, l’argentique convoque l’intemporel de ces actes de sororité et d’amour du vivant, la nécessité de faire meute, dans une société qui divise. L’archive rend grâce à ces expérimentations marginales et innovantes, fondatrices dans l’apprentissage de l’être et l’épanouissement de son identité. Les laboratoires du projet Mûes, femmes rituels urbains ont formé ces espaces d’intégrité où s’invite l’expression d’un genre mutable et créatif en vue de nouvelles voies d’occupation de l’espace public.

Résidence de création, Saint- Étienne, France

Compagnie Nager en Forêt, projet coordonné par Céline Gagnaire et Elise Cagne en collaboration avec La Laverie, association d’art de rue stéphanoise.